Le plan de la maison – vue globale

Dessiner le plan de la maison que l’on souhaite habiter, en tant que tel, ça paraît assez simple. Dans la réalité, certains points apportent des contraintes plus ou moins importantes.

Je vais vous présenter ici certaines réflexions qui nous ont été nécessaires pour dessiner notre future maison, en vous donnant un maximum de détails sur le pourquoi du comment afin que cet article et celui qui viendra le compléter avec des vues détail sur l’intérieur, puissent servir à d’autres projets de (auto)construction.

Partant dès le départ dans l’idée de construire écologique, il était pour nous évident que notre maison serait constituée de matériaux naturels, renouvelables, et nous avons très rapidement opté pour la paille comme isolant et support d’enduit. Les choix décrits ci-dessous découlent de cette volonté et de cette vision qui nous sont propres. Je ne parlerai pas ici des raisons de nos choix de matériaux pour éviter que l’article ne soit beaucoup trop long, vous pouvez néanmoins consulter l’article dédié.

Les contraintes du site

Notre terrain est grand, mais seule une petite partie est constructible, le reste étant en zone naturelle. Nous avons positionné les bâtiments de façon à :
– permettre une orientation Sud pour la maison
– éloigner le plus possible la maison des grands chênes de la partie Sud qui ombrent presque complètement le terrain l’hiver (à cause du phénomène de marcescence des chênes)
– bénéficier de vues intéressantes, notamment depuis la pièce de vie. C’est pour cette raison que la maison n’est pas plein Sud mais Sud-sud-ouest : le salon ouvrira d’un côté sur le potager et une terrasse, et de l’autre sur la vue ouverte sur la colline en face.
– faciliter l’accès aux 2 bâtiments depuis la zone de parking que nous voulions assez limitée
– recréer une organisation « fermette » très typique en Périgord, et sans doute ailleurs, qui présente selon nous 2 avantages : laisser l’espace à une sorte de cour au-devant des bâtiments, idéale pour établir quelques éléments de la zone 0/1 (concept perma), et dissuader les visiteurs de s’aventurer sur le terrain depuis l’arrière des bâtiments côté chemin.

Une autre contrainte, extérieure au site cette fois : sur le chemin, 200m avant chez nous, 2 vieilles bâtisses en pierre ne permettent un accès que de 2m50 de largeur.
Nos choix techniques et la dextérité de notre scieur font que cela ne nous a jusqu’à présent pas posé problème. Il est évident que d’autres choix, impliquant par exemple l’accès d’une toupie à béton, auraient pu se révéler particulièrement problématiques et/ou coûteuses !

Les contraintes que nous avons posées

En se lançant dans cette aventure, nous savions que nous allions nous donner du grain à moudre pour quelques années… Détricoter les infos des intox, aller chercher les solutions peu conventionnelles mais souvent plus en accord avec nos engagements, passer des heures à peser le pour le contre de chaque solution, se mettre d’accord sur les attentes et intransigeances de chacun.e, et garder en tête notre objectif de réaliser une maison la plus en adéquation possible avec notre vision partagée.

Tout ça prend beaucoup de temps, beaucoup d’énergie, mais le jeu en vaut la chandelle quand il s’agit de penser sa maison pour le reste de sa vie. En tout cas c’est comme ça que nous l’envisageons tous les 2 aujourd’hui.
Donner corps au mot HABITER.
Se sentir appartenir au lieu plutôt que l’inverse.

Les solutions que nous avons retenues n’engagent que nous, et si nous considérons avoir pris les meilleures décisions pour notre projet, nous sommes parfaitement conscients qu’elles ne sont pas forcément les solutions adéquates pour d’autres.

1. Appliquer les principales règles du bioclimatisme

Notre maison sera :
– exposée au Sud, avec de larges baies vitrées sur cette façade
compacte, grâce à sa forme rectangulaire avec étage
très bien isolée, grâce aux 35cm d’épaisseur de paille
– capable de restituer la chaleur comme la fraîcheur, grâce à l’inertie apportée par les enduits intérieurs et les cloisons
– bien ventilée, grâce aux nombreuses ouvertures
protégée de la surchauffe, grâce à la coursive, aux protections coulissantes à l’Est, et à l’absence de fenêtres à l’Ouest
– pensée pour que les pièces de vie soient au Sud, et les pièces de repos au Nord

2. S’en tenir à un rectangle

En tant qu’autoconstructeurs néophytes et inspirés par les techniques traditionnelles et rustiques (qui ont fait leurs preuves quand on voit la solidité des bâtiments érigés), nous avons choisi de construire un simple rectangle.

La forme rectangulaire a l’avantage d’optimiser les coûts de construction (d’autant plus quand on construit sur pieux comme nous), de limiter les risques de problèmes d’étanchéité, mais aussi de faire des maisons plus faciles à chauffer avec une grande longueur de façade côté Sud.

3. Réduire et concentrer le réseau d’eau

Dans une maison récente, habituellement, les points d’eau sont multiples : évier de cuisine, salle de bain principale et salle de bain parentale souvent avec double vasque, lave-linge, lave-vaisselle, wc et leurs lave-mains, arrivée d’eau chaude sanitaire avant chaudière ou ballon. Cela fait un total d’une quinzaine de points à alimenter en eau.

Dans notre maison, nous avons voulu limiter au maximum ces accès à l’eau, et ce pour plusieurs raisons :
– l’eau fait des dégâts lorsqu’il y a une fuite ou un oubli, et personne n’est à l’abri de ça.
– chaque point d’eau entraine des coûts supplémentaires non négligeables : nécessité d’étanchéifier correctement, d’acheter de la plomberie et de la robinetterie supplémentaire.
– notre eau proviendra des cuves, ce qui impose une sobriété d’utilisation.

Nous avons également fait le choix de concentrer nos réseaux d’eau au rez-de-chaussée. Nous avons essayé de les positionner au plus près de l’alimentation générale, mais les solutions d’aménagement trouvées pour cela ne nous plaisaient pas.

Notre maison comptera donc 5 ou 6 points d’accès à l’eau : un évier de cuisine, un branchement lave-linge et peut-être un pour un lave-vaisselle, une douche, une seule vasque dans la salle de bain, un ballon d’eau chaude.

simulation 3D réalisée en ligne sur Kozikaza (logiciel gratuit, dépend de Leroy Merlin)

Il me semble que je suis arrivée au bout pour cette partie. Si vous avez des questions, les commentaires ici et sur les réseaux sont faits pour ça 🙂

Je prépare la suite pour très bientôt, avec des vues plus en détail de nos choix techniques et d’aménagement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s