Jardin forêt / année 1 – mai

Cette année 2020 est consacrée au jardin. Nous souhaitons avancer au maximum sur cette partie car nous savons que l’année prochaine sera occupée par la construction de la maison et ne nous laissera pas le temps de concrétiser beaucoup de choses de ce côté.
Parce que nos essais / erreurs peuvent servir à d’autres, je partagerai ici nos avancées mois par mois à la façon d’un journal de bord synthétique.

Nous croyons aux vertus de l’expérimentation, et même si de grands principes se dégagent, les retours d’expérience des uns et des autres semblent surtout montrer qu’en la matière il existe autant de façon de jardiner que de jardinier.es… Nous sommes bien équipés côté livres de perma / botanique / guildes, et nous piochons un peu dans tous lorsque nous cherchons une info.
Notre jardin est donc voué à évoluer selon sa propre volonté et selon les enseignements que nous aurons tiré de nos expériences.


Cet hiver, nous avions délimité quelques planches que nous avions recouvertes de feuilles mortes et de broyat. Puis le confinement est arrivé, nous obligeant à laisser en plan les zones grelinées mais pas encore amendées, confinés dans notre petit jardin bordelais.
Lorsque nous avons retrouvé le terrain mi-mai, il était redevenu cette prairie sauvage, prémisse de forêt, que nous avions connue en 2018. Les graminées faisaient 1m50, et nos planches n’étaient plus distinctes.

Pendant ces 2 mois de confinement, nous avions tant semé et bouturé à Bordeaux que nous avons du louer un utilitaire afin de déménager le millier de plantes qui poussait dans notre tout petit jardin de ville !

Notre premier travail sur place a été de tondre pour redécouvrir les planches. Nous avons bien sûr pris soin de laisser des zones d’herbes hautes au coeur du potager, généralement celles sous lesquelles il y a de beaux tas de bois mort, car de nombreux auxiliaires y vivent.

Nous avons ensuite refait un passage de grelinette puis amendé avec un brf frais et tout juste livré. Cette solution est loin d’être idéale car nous courrons le risque de créer une faim d’azote (l’azote est pompée du sol par les champignons qui décomposent la matière, n’en laissant plus suffisamment pour les plantes). Surtout que nous en avons mis une couche assez épaisse… Nous avions prévu d’effectuer cette tâche en mars, et cela nous semblait déjà tardif car l’idéal est plutôt de le faire à l’automne précédent.
Pour tenter de limiter le phénomène, nous avons pulvérisé du purin d’ortie par 2 fois, et nous le renouvellerons. Un purin de consoude viendra compléter, ainsi qu’un de peaux de bananes ! Pour plus d’infos sur les différents usages des purins, je vous renvoie sur l’excellente page permaculture.au.jardin sur Instagram.

Nous sommes conscients que nos choix n’ont peut-être pas été les plus judicieux si nous espérions une belle récolte, alors nous croisons les doigts pour que cette année nous apporte un peu de production quand même.

Le design

Voici l’organisation générale du jardin à fin mai avec l’emplacement de l’atelier et la projection de la maison. Les arbres existants sont représentés avec leur envergure, et les arbres plantés cette hiver uniquement par des croix.

Ce dessin est la base depuis laquelle j’ai décliné des fiches par planche qui vont nous permettre de nous souvenir ce que nous avons planté cette année et d’effectuer une rotation les prochaines années, là où c’est nécessaire.
J’utilise également des calques pour représenter la topographie, nos différentes observations de sol et de climat, ou encore pour présenter des informations qui viendraient brouiller la lisibilité du document de base.

Les terrasses

Le terrain est en pente, et sa topographie appelle naturellement à former des terrasses.

Nous avons par exemple créé celle-ci cette année, autour d’un poirier déjà présent depuis plusieurs années. Elle englobe également un griottier, un brugnonnier et un pommier plantés cet hiver.
L’objectif est de créer une sorte de massif de plantes vivaces qui soit beau comme un ornemental, mais entièrement comestible.

Nous avons positionné au centre de la terrasse les plantes buissonnantes ne nécessitant pas un accès fréquent. Nous avons ensuite placé les autres plantes selon leurs besoins en apports solaires, leur tolérance à l’humidité du sol, ou encore selon leurs bénéfices pour les voisines.
Comme cette année les vivaces ne seront pas encore très hautes et recouvrantes, nous avons occupé les emplacements entre ces plantes avec des pieds de tomate et de courgettes car eux ne manquent pas !

Les planches

Un peu plus bas, le sol est plus plat et la terre plus limoneuse. C’est là que nous avions commencé à définir nos premiers carrés l’an dernier. L’un d’eux est devenu le carré dédié aux fraises, et les 2 autres sont envahis de cardons géants et de consoude que nous avons laissé s’épanouir. Ils deviendront des carrés de vivaces.
Tout à côté, nous avons défini de nouvelles planches, qui accueillent tomates, courgettes, radis, carottes, aromatiques, médicinales, mais aussi tournesol, maïs, haricots, choux, blettes, etc…
Nous avons également créé une sorte de fer à cheval sous un des pruniers, qui nous permet d’abriter les plantes du soleil direct.

Le jardin a commencé à prendre forme en ce mois de mai ensoleillé. Nous sommes très heureux de le voir se dessiner ainsi ! Il a beaucoup progressé en peu de temps, puisqu’il a émergé en 2 semaines alors que nous étions par ailleurs plutôt bien occupés avec les 2 enfants et que Marc travaille 2 jours par semaine.

Nous sommes cependant un peu inquiets car nous avions sous-estimé l’influence du vent sur la croissance des plantes, et nous sommes forcés de constater que son pouvoir desséchant est grand, ce qui influence la croissance des végétaux.
On voit sur la photo au dessus le début de la barrière en noisetier que nous avons mis en place. Les branches ne sont pas très serrées car nous avons planté ici des muriers qui vont courir le long et assurer une protection basse avec les vignes qui repoussent spontanément en attendant que les framboisiers soient suffisamment hauts pour contribuer.
Les arbres plantés le long de ce talus viendront compléter l’écran végétal dans quelques années.

RDV dans 1 mois pour suivre les avancées !

Une réflexion sur “Jardin forêt / année 1 – mai

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s