#1 Les fondations cyclopéennes

Il y a encore 2 mois, nous n’avions aucune idée du type de fondations que nous allions choisir pour l’atelier. C’est une question qui nous a toujours ennuyés, un travail avec lequel aucun de nous n’accroche…

Afin de respecter notre volonté d’utiliser un maximum de matériaux locaux et écologiques, nous avons opté pour les fondations cyclopéennes.

Voici donc le déroulé des travaux pour cette première semaine :

Jours 1 et 2 – le terrassement

Pour nous, hors de question de manier la pelle. D’ailleurs, toutes les personnes avec qui on en a parlé nous ont confirmé que s’il y avait un poste sur lequel il était préférable de faire appel à un pro, c’était celui-ci.
Nous avons choisi Cyril, qui en a eu pour 2 jours à terrasser et ouvrir les fondations.
Il a sorti beaucoup de matière, car il a rattrapé le talus naturel à l’ouest et a réalisé la plateforme au niveau du point le plus bas, au nord-est. Cela fait tout de même un décaissement de 1m10 au point le plus haut.
À cela est venue s’ajouter la matière des fondations en elles-mêmes, soit 50cm de largeur x 60cm de profondeur.

Après avoir isolé les 20-30cm de terre végétale en un tas, il a retiré une belle argile orange. Il l’a déposée puis tassée à l’emplacement de la maison. Comme elle sera sur pieux, cela nous permettra d’avoir un niveau de sol homogène sous la maison. Il en a également laissé en vrac afin que nous réalisions nos enduits et notre dalle avec l’an prochain.
La terre végétale quant à elle sera également ré-étalée l’an prochain, une fois la maison hors d’eau. Cela nous permettra d’aménager au mieux cet espace qui sera une zone potagère. Nous aurons également d’ici là eu le temps de penser l’implantation des mares et de la noue. Nous profiterons ainsi de la venue de Cyril pour les tranchées (raccordement eau + cuves, électricité depuis l’atelier, pédo-épuration) pour lui faire réaliser ces quelques aménagements supplémentaires.

Pour cette année, il doit juste revenir une journée pour répartir la « castine » (les cailloux de calcaire pour empierrer l’allée d’accès).

M a essayé de manier l’engin, et après un premier godet réussi a conclut qu’une location aurait été beaucoup plus coûteuse car forcément bien plus longue qu’une intervention de pro.

Jours 3 à 6 – les fondations cyclopéennes

Cette fois, c’était notre tour de bosser. Et clairement, il s’agit de la partie la plus physique et la plus bourrine du chantier ! Nous sommes très heureux de ne pas avoir à renouveler l’expérience pour la maison !

Les fondations cyclopéennes sont utilisées depuis l’antiquité. Elles consistent au remplissage des fouilles avec de grosses pierres, puis des plus petites, le tout lié avec un béton romain.
Le béton romain est constitué de chaux, de graviers et d’eau. Les romains renforçaient encore sa tenue en utilisant de l’eau de mer au lieu de l’eau douce, et de la roche volcanique. On peut encore admirer de nos jours l’extraordinaire résistance de ce béton !

Ici, pas de ferraillage en métal, interdit avec la chaux, mais un ferraillage en bambou.
Nous avons eu la chance de croiser sur notre chemin de grands passionnés de bambou, qui nous ont fourni de belles perches de 6m50 séchées dans les règles de l’art (debout et à l’abri). Nous les avons ensuite coupées dans la longueur en 4-6 bandes.

LES ÉTAPES

  1. Écorcer les piquets en acacia et les bruler en surface. Le brûlage modifie la structure moléculaire du bois et le renforce.
  2. Nettoyer les fouilles. Un travail long et rébarbatif qui consiste à balayer les côtés de la fondation pour détacher tous les morceaux de terre qui risqueraient de tomber dedans lors de la pose des pierres.
  3. Planter les piquets dans les fondations, bien centrés. Ils devront traverser la fondation et le muret de soubassement. La lisse basse sera ensuite vissée dedans.
  4. Couler une première couche de béton. Ici, le bon dosage était : 1,5 sacs de chaux (NHL5) + 100 pelletées de graviers (0/20) + 7 seaux d’eau
  5. Disposer la première rangée de pierres, les plus grosses et plates possibles. Bien les enfoncer dans le béton en marchant dessus.
  6. Préparer le bambou : rayer la surface lisse pour la rendre plus adhérente et réaliser des équerres. Pour faire cela, on chauffe les tiges sur des braises bien chaudes, et lorsque le bambou dégage une odeur de pop-corn on tord la tige un peu plus fort que l’angle voulu puis on la plonge dans l’eau froide pour figer le travail.
  7. Disposer le bambou et assembler les jonctions par des collets en plastique (ou des épingles en bambou). Maintenir en vissant quelques tasseaux.
  8. Recommence ainsi (chaux, pierres, bambou) jusqu’en haut de la fondation, soit ici en 4 couches, et terminer par une couche de chaux que l’on lisse pour obtenir une surface plane.

En guise de bilan, on peut dire que les fondations cyclopéennes représentent un chantier digne des 12 travaux d’Hercule ! C’est à peine exagéré… Il faisait très chaud, le feu allumé pour tordre le bambou n’arrangeait rien, les pierres étaient extrêmement lourdes, et une fois la béto lancée, il fallait envoyer jusqu’à ce qu’elle soit vide. Et puis l’objectif n’était pas d’y passer 3 semaines alors le rythme était vraiment très soutenu.
Un défi pour le dos comme pour le moral. Nous ne pouvons que remercier les ami.es venu.es aider car sans leur présence nous n’aurions pas pu nous en sortir aussi rapidement.

À suivre… le soubassement.

Sourcing matériaux #construirelocal

  • les pierres sont extraites dans la colline sur laquelle nous sommes installés, et la castine provient d’une carrière également située à proximité.
  • les piquets viennent de chez un voisin, l’acacia étant une essence locale.
  • le bambou vient d’une bambouseraie à 16km.
  • la chaux vient directement de Saint Astier, où elle est produite, à 35km

Une réflexion sur “#1 Les fondations cyclopéennes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s