L’atelier V2

V2 car nous avons du déposer un nouveau PC juste avant de démarrer les travaux, afin de prendre en compte le changement de dimension de ce bâtiments aussi son changement d’implantation.
Juste avant, ça veut dire qu’on a reçu l’arrêté 3 jours avant ah ah !

Initialement, l’atelier devait être situé le long de la façade nord du terrain :

Il devait faire 50m2, mais à l’occasion d’un passage chez ma sœur, nous nous étions aperçu que c’était trop petit pour tous les usages auxquels nous le destinions.

Nous aimerions nous équiper d’un rabot-dégau et avons plusieurs établis ainsi que pas mal de matos de travail du bois. Nous en aurons encore plus l’an prochain avec ce que nous achetons déjà pour la construction de l’atelier.
M a aussi une vielle Puch désossée qui ne demande qu’à être remontée, et quelques autres motos à récupérer chez ses parents…
Et puis cet atelier doit servir pour stocker le matériel, les matériaux et la récup en attendant la construction de la maison : briques de terre crue, châssis de fenêtres, évier, meubles divers, planches, et peut être une partie de la paille ! Bref, on ne manquera pas d’usages pour cet espace.

L’atelier fait désormais 70m2, avec un plancher d’étage sur environ la moitié de sa surface. Il est placé le long de la façade Ouest, en limite de propriété. Nous pourrons ainsi stocker du bois de chauffage sur tout sa longueur.
Cette disposition nous permet également de libérer de l’espace devant la maison (dont les modifications feront l’objet du dépôt d’un nouveau PC cet hiver) pour une zone potagère.

Tout comme la maison, le toit de l’atelier est plus clair que dans la V1, d’une teinte très similaire à celle du zinc. L’objectif est de renvoyer un maximum les rayons solaires pour limiter la surchauffe.

La structure est une ossature en cadres canadiens. Cette technique présente l’avantage d’être facile à mettre en œuvre pour les autocontructeur.ices et de ne pas nécessiter l’utilisation d’engins de levage.
Dans notre cas de figure, 2 types de cadres seront nécessaires : les « pleine hauteur » avec jambe de force, et ceux intégrant le plancher de la mezzanine.

chantier Charpente Jul’s, éco-constructeur en Dordogne

À l’intérieur, nous laisserons, au moins pour un temps, le sol en terre comme dans les vieilles granges. Nous n’avons pas encore arrêté de technique qui nous plaise et permette de stabiliser le sol sans avoir recours à un béton.

Maintenant que le chantier est lancé, nous avons hâte de voir ce bâtiment sorti de terre !


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s